51YHG7mSb5L__SL500_AA300_

A trente et un ans, David Zinc est avocat dans un prestigieux cabinet de Chicago. Ce matin-là, il s'apprête à rejoindre son bureau quand il est terrassé par une crise d'angoisse. Il se réfugie au bistrot du coin. Après de nombreuses bières et cocktails, il se retrouve sans trop savoir comment chez Finley & Figg un cabinet juridique minable spécialisé dans les accidents et les divorces. Très vite, il se trouve embarqué dans le nouveau plan foireux de Figg(Wally) pour devenir riche : intenter une action en justice contre un géant pharmaceutique dont le nouvel anti cholestérol est accusé de provoquer attaques cardiaques et infarctus. Finley & Figg(Oscar et Wally) manient l'intimidation, la subornation, la corruption et le mensonge pour attirer le plus de plaignants possible et ils ne doutent plus du succès de leur entreprise.  Enfin le grand jour arrive ! Oscar, victime d'une crise cardiaque, déclare forfait. Wally, terrifié, disparaît pour se soûler et David se retrouve seul face à la défense adverse. Les jeux sont faits, et les dés ne sont pas pipés...

L'intrigue démarre lentement. Le plus gros suspens est de savoir si les avocats vont réussir à se faire du blé ou pas ! Une lecture qui est assez agréable. Il y a quelques intrigues parallèles intéressantes.

J’ai aimé : On apprend beaucoup d'autres choses sur le déroulement des procès. Le ton y est franchement sarcastique. Il règne dans le cabinet une ambiance tendue. Les divers protagonistes n'hésitent pas à se rentrer dedans. La plupart des personnages n'est ni blanc, ni noir. Ils sont tous un peu bancals. Le style est clair et sarcastique, l'intrigue simple.

Je n’ai pas aimé :  Le héros David Zinc pouvait sans aucun doute faire un choix plus judicieux une fois son vin cuvé. C’est un gentil garçon et  il reste travailler dans ce cabinet au risque que sa réputation en pâtisse. David Zinc un peu trop « parfait »,il est généreux, propose à sa femme, sans expérience, de l’assister au procès, s’engage à « sauver » le monde. Son salaire est divisé par 50, mais ce n'est pas grave, il a quelques économies. Non content de ne presque plus rien gagner alors qu'un enfant est en route, il distribue son argent à qui en a besoin. Bref, je n'ai pas du tout cru au personnage.

Ma note : 4/5

Les partenaires   John Grisham   Robert Laffont   428 pages   19/4/2012