51y4gxz32rL__BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_

Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d'un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna découvre que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. Une vieille robe trouvée par hasard, et dont elle apprend qu'elle aurait appartenu à une certaine Eeva, va réveiller le passé. Cette Eeva, dont on ne lui a jamais parlé, aurait été, dans les années 60, la nourrice de sa mère. Mais Anna ne tarde pas à comprendre qu'elle a été beaucoup plus qu'une employée et que son grand-père, peintre célèbre, l'a profondément aimée. 

Je me suis souvent étonnée de l'âge de l'auteure (30 ans) durant ma lecture tant je trouvais de la sagesse dans sa façon d'analyser les caractères, les failles et les relations de tous ces personnages. Chacun trouvera dans ce récit de nombreuses résonances tant le propos est universel derrière cette histoire de famille centrée sur un secret tout droit sorti d'une vieille armoire poussiéreuse et s'étalant sur 3 générations de femmes.

J’ai aimé : Un coup de cœur immédiat pour ce roman ample et intime qui tisse entre ses personnages des liens tendres et hostiles dans l'inexorable fuite du temps et l'apprentissage de la mort. L'histoire familiale se construit lentement sous nos yeux au fil d'une narration qui passe d'une femme à une autre, Ce qui séduit, dans son roman, n'est pas uniquement l'histoire ou plutôt les histoires qu'elle raconte, mais aussi son style tout en élégance aérienne, cette émotion qu'elle distille avec une pudeur infinie Un roman dense, riche, d'une sérénité douloureuse qui semble avoir tout compris de la complexité de l'âme humaine et de ses passions.

 

Je n’ai pas aimé : Le déroulement est très lent... pour ceux qui aime les romans d’ambiance, nordiques n’espérez pas des rebondissements incessants! J’ai eu pas mal de difficultés à savoir de qui il était question, car à chaque chapitre le narrateur et l'époque changent et l'on saute allégrement d'Anna à Elsa ou d'Eeva à Ella, et parfois difficile de raccorder les branchements, qui est la fille ou la grand-mère de qui, à moins que ce ne soit la baby sitter de la petite fille de la grand-mère ? 

 

Ma note : 3.5/5

L’armoire des robes oubliées   Riikka Pulkkinen   Albin Michel   300 pages   04/01/2012