41Ah5rMjFrL__BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_

Dans la chaleur d'une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie hors du commun et tente de démêler l'écheveau de son destin. Fils d'un modeste pelletier, il est devenu l'homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l'Orient. Avec lui, l'Europe est passée du temps des croisades à celui de l'échange. Comme son palais à Bourges, château médiéval d'un côté et palais Renaissance de l'autre, c'est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu. Au faîte de sa gloire, il a vécu la chute, le dénuement, la torture avant de retrouver la liberté et la fortune. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l'Histoire de France, disparue à vingt-huit ans. Son nom est Jacques Cœur. Il faut tout oublier de ce que l'on sait sur le Moyen Âge et plonger dans la fraîcheur de ce livre. Il a la puissance d'un roman picaresque, la précision d'une biographie et le charme mélancolique des confessions.

Jean-Christophe Rufin nous entraine dans une splendide aventure romancée qui se déroule vers  1420 à l’époque de Jeanne D’Arc, de Charles VII, du Roi René….Les descriptions sont impressionnantes de précision, le travail est super recherché et les personnages très aboutis. On se prend littéralement d’amitié pour Jacques Cœur qui grandit au milieu de la bourgeoisie  et qui progresse dans la hiérarchie. De fils de pelletier à Argentier du roi, son évolution est fulgurante et appréciée de tous. Son Amour pour sa Patrie est sans nom, il se voue corps et âme à son travail, sa passion.

J’ai aimé : Le côté « aventure » du récit : Les évènements se succèdent, l’histoire se forge, les personnages se rencontrent…Les voyages vers l’Orient, le commerce, les échanges, la guerre de Cent ans ne sont que quelques passages bien prenants de ce livre. La fin du livre est très haletante et se lit vraiment à toute vitesse. J’ai littéralement été happée par ce bouquin et pourtant les 489 pages étaient bien compactes…

Je n’ai pas aimé : L’auteur nous donne ici énormément de descriptions concernant la vie au Moyen-Age, les métiers de l’époque, les rituels…et cela est parfois indigeste. Tout est recherché et travaillé dans le détail mais la première partie du livre en contient pas mal…..Amoureux de la description vous allez adorer pour les autres ..vous allez simplement tourner quelques pages….mais surtout ne vous arrêtez pas, continuez, ce bouquin en vaut la peine.

Ma note : 4/5

Jean-Christophe Rufin   Le Grand Cœur   Gallimard   489 pages   29/3/2012